Accueil>Archives Essais>Audi A6 3.0TDi 240ch 2010

AUDI A6 3.0Tdi AVUS


Toujours au sommet cette A6 ?


Présentation :


Dans cette gamme de véhicule, ce sont toujours les Allemandes qui font la loi. Les concurrentes, vous les connaissez par cœur, BMW Série 5 ou Mercedes Classe E. Jaguar essaie de s’accaparer une petite part de marché avec sa XF. Audi, elle, fait toujours confiance à son A6 très classique et statuaire. Elle a connu fin 2008, un léger restylage, qui devrait lui permettre de rester dans la course au titre pour sa mi-carrière. Cotrans Automobiles nous permet d’essayer ce haut de gamme diesel, l’Audi A6 3.0TDi.

 

 

Style :


C’est la plus classique du lot. L’Audi impose toujours, sa grosse calandre single frame. Le bouclier a connu quelques modifications en 2008. Le changement le plus visible reste à l’arrière avec des feux qui se sont allongés sur la malle. Ils sont maintenant à diodes. Un peu de chrome, une malle arborant un léger becquet et un nouveau diffuseur arrière lui donnent un coup de jeune. Enfin, comme une bonne partie des Audi, des leds soulignent les feux avant. Bref, l’élégance prime avec cette berline haut de gamme. Petite touche très bling-bling sur ce modèle avec des jantes alu 18 pouces chromées qui font leur effet, croyez moi.

 

 

Intérieur :


Si il y a une chose que la marque aux anneaux ne bâcle jamais, c’est bien la finition. Cette A6 donne toujours une impression de luxe malgré une planche de bord qui commence à vieillir. Impossible de ne pas s’extasier devant la qualité des matériaux. En prime l’assemblage semble être calculé au micron près. L’habitabilité est excellente, aussi bien à l’avant qu’à l’arrière et le coffre offre l’une des meilleures capacités de chargement. Sûrement par manque d’habitude, l’ergonomie me semble moyenne avec un peu trop de boutons sur la console centrale ou autour du levier de vitesse. La boîte à gants est trop petite à cause du chargeur CD.

 

 

Technique et tarif :


Cette Audi A6 dispose donc d’un 3.0L TDi qui développe 240ch à 4000tr/mn et 500nm de couple de 1500 à 3000tr/mn. Elle abat le 0 à 100km/h en 6.6s et peut rouler à 250km/h. Par rapport à la concurrence, l’A6 3.0TDi profite de série, de la transmission quattro. Sa consommation moyenne s’établie à 7.1L au 100km (9.4L au 100km lors de l’essai). Les rejets de CO2 s’élève à 189g/km. Elle mesure 4.93m de long pour 1.86m de large. Son poids est de 1765kg. Son coffre cube 500 litres.


L’équipement de cette A6 Avus comprend les airbags frontaux, latéraux et rideaux, l’ASR, l’EBV, l’ES, le différentiel EDS, le châssis dynamique, les feux arrières à diodes, les xénons, la climatisation tri-zone, le détecteur de luminosité, le détecteur de pluie, l’écran couleur 6.5 pouces, le frein de stationnement électromécanique, l’ordinateur de bord, le système audio avec chargeur CD, le volant multifonctions, le régulateur de vitesse, les radars de stationnement av et ar, la sellerie cuir Milano, les jantes alu 18 pouces et le bluetooth. Le tarif s’élève à 71 900€TTC chez Cotrans Automobiles.

 

  


Impression à l’essai :


On a un peu de temps devant nous, alors, je fais connaissance en douceur avec cette grande berline. Les sièges sont confortables, mais la position de conduite n’est pas assez basse pour moi. Je dois baisser les yeux pour regarder le tableau de bord ou l’écran 16/9. On a droit pourtant à tous les égards avec un siège à réglages lombaires. Direction les plaines, j’apprécie le léger ronronnement du V6 Tdi. Impossible de reconnaître le son du diesel tant la mélodie est douce et discrète. Un peu d’action entre la plaine des palmistes et la plaine des cafres avec l’utilisation de la boîte Tiptronic Séquentielle avec palettes au volant. Amusant mais pas assez rapide pour une utilisation sportive, je préfère passer en mode sport de la boîte. La boîte auto à 6 rapports seulement, passe les vitesses au bon régime (entre 2700 et 4800tr/mn en fonction de votre conduite) et le rétrogradage devient plus franc. Quand la route se fait sinueuse, je vous conseille ce mode sport, le mode normal (idéal en ville et sur nationale) rendant le véhicule un peu pataud en jouant un peu trop sur le couple en sortie d’épingle. Bonne surprise avec cette A6, le confort est au rendez-vous malgré son châssis sport et ses jantes en 18 pouces. Elle avale les inégalités de la route. On sent que c’est rigide, mais le filtrage est excellent. On peut déconnecter totalement l’ESP et profiter d’un train avant moins sous-vireur en entrée de virage. A la remise des gazs, la motricité est sans défaut grâce à ses quatre roues motrices. Ne nous emballons pas, cette A6 est loin d’être une sportive malgré ses bonnes prestations, elle préfère l’efficacité et le confort au pur plaisir de conduite. Le train arrière n’est pas assez mobile à mon goût. Je termine ma balade sur la côte Ouest de l’île en faisant un petit tour du côté de Saint-Gilles. Le problème qui se pose, c’est que l’on ne sent pas la vitesse dans ce genre de voiture. J’ai les yeux rivés sur le compteur. Une fois de plus, un régulateur de vitesse adaptatif ne serait pas un luxe afin de garder tous les points de son permis.

 

 

Conclusion :


Voilà un haut de gamme comme on les aime. Cette Audi A6 est toujours aussi agréable. Luxueuse, confortable, plutôt économique à l’usage, on attend avec impatience une boîte un peu plus rapide peut-être ou encore un train avant un peu plus incisif quand on la bouscule un peu. On ne va pas se plaindre, cette version Avus dispose d’un équipement vraiment complet, Cotrans Automobiles ayant décidé de n’importer que du haut de gamme.


Les Plus :


- Agrément de conduite
- Confort
- Consommation raisonnable
- Finition
- Equipement
- Tenue de route
- Motricité
- Habitabilité


Les Moins :


- Comportement trop sage
- Manque de rangements
- Position de conduite un peu haute

 

 

Mai 2010