Accueil>Archives Essais>BMW X5 3.0D 235ch 2009

BMW X5 3.0D 235ch Pack Sport M

 


Le SUV de luxe par excellence


Présentation :


Pas la peine de vous présenter ce monument de l’automobile. C’est un des premiers SUV de luxe de l’histoire de l’automobile. Il s’agit de la deuxième mouture de ce quatre roues motrices. Le X5 II que je vous présente, dans cette version 3.0D est équipé du Pack Sport M pour l’occasion. Si posséder ce genre de véhicule paraît ridicule dans les grandes villes françaises, ici à la Réunion, ce SUV s’avère utile dans la vie de tous les jours et surtout le week-end. Pendant cette essai, ce X5 m’a montré tout son talent en ce qui concerne le plaisir de conduire.

 

 

Style :


Succés planétaire pour la première génération de X5 grâce à son style, cette seconde génération est encore plus agressive, plus racée, en un mot encore plus désirable. Evidemment, notre modèle d’essai avait tout pour nous faire craquer, jantes Alu en 20 pouces, boucliers avant et arrière spécifiques, je reste admiratif devant le dynamisme de sa ligne. Malgré sa longueur conséquente, le X5 paraît râblé et ne fait pas son poids, du moins en apparence. Je comprends petit à petit les automobilistes qui s’écartent quand on le voit arriver. Son gros haricot en impose, elle parait dévorer la route.

 

 

Intérieur :


Là encore, notre modèle nous en met plein la vue. Cuir haute qualité, équipement pléthorique, habitabilité très satisfaisante, grand coffre à double étage, le X5 n’a rien oublié. Mais ce qu’on recherche avant tout dans une BMW, ce n’est pas ça. Moi, je préfère être bien installé et là encore, c’est le sans faute. Je baisse le siège au maximum pour sentir chaque mouvement de la caisse, une fois que j’aurai démarrer le moteur. Bien installé, je peux maintenant apprécier la qualité des matériaux et l’assemblage hors-pair. L’ergonomie a l’air bonne. Le poste radio et la climatisation n’ont pas besoin de l’i-drive pour se régler. Encore une fois, je n’ai pas le temps de jouer avec les différentes fonctions de ce système.

 


Technique et tarif:
Pour le moteur, il s'agit du 6 cylindres en ligne de 2993cm3 qui débeloppe 235ch à 4000tr/mn et 520nm de couple à 2000tr/mn. Elle mesure 4.85 mètres de long pour 1.93m de large. Elle dispose d'une boîte steptronic à 6 rapports. Sa consommation mixte est de 8.1L au 100km en moyenne. A la Réunion, il faut compter plutôt un bon 10 litres au 100km. Elle accélère de 0 à 100km/h en 8.1secondes et atteint 210km/h. Avec 214gCO2/km, elle est passible d'un malus ecotaxe de 1600€.


Son équipement comprend le système I-Drive, les airbags frontaux, latéraux et rideaux, la sellerie cuir, le pack sport M, les jantes alu en 20 pouces, le détecteur de pluie et de luminosité, le radar de stationnement avant et arrière, les feux xénons, la climatisation bizone, l'écran couleur 6.5 pouces, les antibrouillards avants, le frein de parking électrique, le limiteur de vitesse en descente, le contrôle de stabilité DSC, les sièges électriques etc... pour un prix de 81 800€TTC chez HG Automobiles.

 

  

 

Impression à l’essai :


Allez, assez joué, moteur. Je me rends tranquillement vers l’est de l’île dans un silence impressionnant. Le 3.0D diesel se fait oublier dès que vous fermez les vitres et on perçoit à peine son ronronnement. Il ne manque pourtant pas de caractère et les 2.3 tonnes de la bête ne lui font pas peur, en tout cas sur grands axes. Je décide de lui dégourdir les pneus à l’entrée du cirque de salazie. Grandes lignes droites et courbes rapides, je mets plein gaz dès que la route est dégagée pour voir si ce X5 est digne de sa réputation. Kick-down, la boîte rétrograde de deux rapports et monte jusqu’à 4200tr/mn et même un peu plus parfois. C’est avec un sentiment de grande confiance qu’on aborde les courbes rapides, ce SUV vire à plat sans aucune prise de roulis. La direction est précise et ce mastodonte se manie au doigt et à l’œil. Bon, OK, BMW a gagné, une fois de plus quand il s’agit de plaisir de conduite. Je profite de deux épingles pour la mettre en difficulté, peine perdue, le X5 ne sous-vire même pas et la remise de gaz lui permet de virer encore plus vite sur la bonne trajectoire. Bon, je vais bien finir par lui trouver des défauts. De retour en ville, je détecte très vite le prix à payer pour ce comportement parfait, le pack Sport avec ses jantes en 20 pouces et son chassis sport mettent à rude épreuve mon fessier. Et oui, ce n’est pas une voiture de fillette et le confort n’est certainement pas son point fort. De plus, à chaque démarrage dans un embouteillage, il faut doser l'accélération car la boîte automatique est plutôt violente. Cette auto a l'air d'être conçu uniquement pour se faire plaisir et manque un peu de douceur dans la vie quotidienne. Lors d’une petit séance photos à la Rivière du mat, les choses s’empirent encore. Je roule très doucement car même en tout-chemin, on a peur d’abîmer ce beau joujou. De plus, c’est mon dos qui va finir par souffrir avec ce chassis ultra-rigide. Sur gravier, on peut déconnecter les aides à la conduite pour quelques travers. Le X5 n’est par contre absolument pas un franchisseur malgré l'armada électronique prévu à cette usage, juste un bon tout-chemin pour les sorties du dimanche. Je reviens très vite sur le bitume et reprends ma route vers la capitale. Je reste encore une fois, admiratif devant le comportement routier de cette voiture. Cette baleine de la route se comporte comme une bonne berline et là, c’est le manque de chevaux qui fait défaut car le chassis paraît surdimensionné par rapport au capacité du moteur. On remarque par contre un freinage puissant mais manquant de mordant. Je n'ai pas eu l'occasion de tester son endurance en ne poussant pas la machine sur de longues distances. Néanmoins, une petite odeur de chaud se dégageait très vite des disques de freins à chaque arrêt photos. Pas le temps de souffler, il se fait tard et je vais rendre cette voiture à son propriétaire. Je remercie donc Patrice pour sa confiance et le prêt de son véhicule.

 


Conclusion :


Allez, un petit bilan vite fait après cette belle balade. Le X5 est belle et bien le SUV le plus dynamique du marché automobile. Du coup, on aurait apprécier les 286ch de la version SD pour le bousculer un peu plus ou encore le V8 4.8i essence de plus de 350ch. Si vous avez un certain âge et que vous désirez un peu de confort, oubliez l’option pack-Sport M, le X5 ayant à l’origine déjà de bonnes dispositions au niveau tenue de route. De plus, ce Pack Sport M n’est pas recommandé pour les sorties en chemin de terre. Côté look par contre, c’est 20/20, elle en jette un maximum et reste dans les limites du bon goût.

 


Avril 2009