Accueil>Archives Essais>Nissan Qashqaï 2.0DCi 150ch

NISSAN QASHQAI 2.0DCI 150 ALL-MODE

 


Le choix de la différence


Présentation:


On se rappelle vaguement de l'Almera, la compacte de Nissan qui a finit sa carrière dans l'anonymat le plus complet. Pour pallier ce gros manque à gagner, la marque Japonaise a décidé de surprendre. Pourquoi faire simple quand on peut faire original? Les ingénieurs nous ont concocté une Mini-Murano, véhicule hybride au niveau du style et qui compte bien révolutionner la catégorie un peu trop classique des compactes moyenne gamme. Chance pour moi, le modèle 1.5DCi étant indisponible, j'ai hérité pour cette essai du bloc diesel le plus puissant, le 2.0DCi de 150ch en version 4 roues motrices.

 

 

Style:


Voilà ce qui la diffère de la concurrence. Pour concurrencer des valeurs établies comme la 307, la Mégane ou encore la légendaire Golf, Nissan a innové en créant ce Crossover moyenne gamme. Haut sur patte avec ses 20cm de garde au sol, soit autant qu'un Rav4 ou un Tucson, il vise aussi la catégorie des petits SUV. L'idée est original, par contre, on aurait espérer un peu plus d'audace à l'image du Murano pour le design général. Les faces avant et arrière restent très classique. Son profil est plus attirant avec sa garde au sol élevé mais une garde au toit très basse qui affine sa ligne. Le Qashqai parait donc plus léger qu'un Tucson. Si on analyse les mesures, on remarque qu'il est moins large, moins haut mais pratiquement aussi long avec 4.32m. Ses pare-chocs noirs parfaient son style baroudeur.

 


Intérieur:


Comme on vous le disait, ce Qashqai est plutôt long, alors côté habitabilité, les choses s'annoncent pas mal. Pas de problèmes pour les jambes aussi bien à l'avant qu'à l'arrière, tout le monde est confortablement installé. Les sièges sont un peu étroits à l'avant mais restent confortables. A l'arrière, si les deux passagers des extrêmités profitent d'une bonne assise avec des fauteuils creusés, le passager du milieu est beaucoup moins gaté avec un espace au coude quasiment nul et une banquette assez dure. Pour les pique-niques, ce Qashqai bénéficie d'un coffre généreux avec 422 litres de contenance soit un peu plus que la moyenne de la catégorie qu'elle vise. La planche de bord est sobre et de bonne qualité avec des plastiques moussés. Seuls les plastiques de la casquette du tableau de bord et de la console centrale dénotent un peu.

 


Technique et tarif :


Le modèle essayé disposait donc du 2.0DCi d'origine Renault déjà installé dans les Laguna ou autre Mégane GT. Ce bloc développe 150ch à 4000tr/mn et 32.6mkg de couple à 2000tr/mn. Le Qashqai mesure 4.32m pour 1.78m de largeur. Son poids est de 1520kg avec cette transmission intégrale All-Mode. Même principe que sur le X-Trail, il dispose d'une position 2 roues motrices avant, d'une position Auto, qui répartie le couple sur les quatres roues en privilégiant les roues avant et une position Lock qui bloque le différentiel à 50/50 maxi jusqu'à 40km/h. Ses performances sont intéressantes avec un 0 à 100km/h effectué en 10.9s et une vitesse de pointe de 190km/h. Elle est équipée d'une boîte 6 vitesses. L'ordinateur de bord affichait une consommation moyenne de 7.8l au 100km.


Son équipement comprend l'ABS, l'amplificateur de freinage d'urgence, les airbags frontaux, latéraux et rideaux, les rétros électriques dégivrants, la climatisation automatique bi-zone, la boîte à gants réfrigérée, l'ordinateur de bord, le kit bluetooth, les commandes au volant, les jantes alliage en 16 pouces, l'ESP, le régulateur de vitesse, le radar de recul, le capteur de pluie, l'allumage auto des feux et l'autoradio CD. Selon la motorisation et le mode de transmission, les prix varient de 24 000€ à 36 000€.

 

  

 

Impression à l'essai :


La première impression qui me vient correspond au mot "douceur". Armé de ce DCi Renault, le Qashqai démarre en douceur. Aucun temps d'adaptation, ce véhicule est facile de prise en main. Je ne tarde pas à bousculer un peu son chassis sur chemins sinueux. Et là surprise, l'auto sousvire très peu. Oubliez le comportement parfois un peu pataud des petits SUV, ce Qashqai dispose d'un train avant incisif et accrocheur. Dans les virages les plus serrés, la roue intérieure à l'arrière aura même tendance à quitter le sol. C'est vous dire, l'adhérence du train avant. Le moteur lui, répond présent à chaque sollicitation. Les 1.5tonnes de l'engin ne l'impressionne pas et dès les bas-régimes (1300tr/mn à peu près), il est déjà très disponible. Pas la peine de le faire hurler, cette Nissan se conduit sur le couple de 1300 à 4000tr/mn. L'agrément de ce 2.0DCi est surprenant. Sur route nationale, le Qashqai reste équilibré, néanmoins, elle ne rivalisera pas avec une berline classique. Sa garde au sol et tout le vent qui s'engouffre sous la voiture peut rendre son comportement assez flou mais seulement à la limite. Il s'en sort encore une fois mieux qu'un SUV grâce à son centre de gravité un peu moins haut. On appréciera le silence à bord à allure stable et on profitera du bon son de l'équipement audio. A noter le battement désagréable des suspensions sur surface dégradée. Le Qashqai est confortable grâce à un amortissement plutôt souple en début de course. Résultat, on a droit à quelques nuisances sonores sur certaines surfaces. Avec sa transmission intégrale, elle n'aura aucun mal à découvrir les chemins de terre de notre île et pourra même concurrencer Sportage, Rav4, Compass et CRV dans ce genre d'exercice.

 


Conclusion:


Est-ce que Nissan aurait trouvé le compromis idéal entre la compacte classique, le SUV énergivore et le break de loisir? Ce sera surtout à vous de trancher. Le Qashqai est haut sur patte avec une position de conduite typique SUV, son comportement routier lui, se rapproche plus de celui d'une berline et sa capacité de chargement est très intéressante. Le concept est original et nouveau, mais Nissan aurait dû rajouter une goutte de "Sex-Appeal" à son Crossover. Par contre, côté agrément de conduite, c'est un sans faute. A noter, une consommation un peu moins avantageuse par rapport à une berline classique.

 


Septembre 2007