Accueil>Essais Automobiles>DS 4 Crossback 2.0HDi 180ch

DS 4 CROSSBACK 2.0BlueHDi 180ch EAT6 So Chic

 


Style plus personnel


Présentation :


A son lancement, la DS4 reprenait en grande partie la fiche technique de son cousin, le C4 de Citroën. Afin de prendre ses distances avec la marque au chevron et affirmait un peu plus son côté premium, cette DS 4 de mi-carrière s’offre une nouvelle calandre, mais également une version baroudeuse, la DS 4 Crossback. Bien évidemment, ces deux modèles disposeront des toutes dernières motorisations Pure Tech et BlueHDi, et revoient son niveau d’équipement à la hausse, avec les dernières technologies embarquées. Cela suffira-t-il à donner un souffle nouveau à la carrière de cette berline compacte premium.

 


Style :


On remarque immédiatement la calandre DS Wings, que l’on retrouve déjà sur la DS 5 et qui vient de débarquer sur la DS 3. Verticale et cerclée de chrome, elle est accolée aux nouveaux feux avant, faisant appel à la technologie DS LED Vision. Des modules LED, des xénons, et des clignotants défilants, DS met un point d’honneur à soigner sa signature lumineuse. La DS 4 a également droit à des teintes bi-ton, avec un toit et un becquet personnalisables, ainsi qu’une option qui vous permet de jouer également sur la couleur des rétroviseurs ou des cabochons de roues. La version Crossback ajoute son lot d’artifices, comme sa garde au sol relevée de 30mm (égale à la Citroën DS4 originelle), ses passages roues, ses jantes peintes en noir, ses barres de toit grises, son bouclier avant teinté de noir et son pare-brise panoramique. Bref, cette berline surélevée ne fait pas dans la dentelle au niveau du look, surtout si l’on opte pour la carrosserie couleur orange tourmaline.

 


Intérieur :


Dans l’habitacle, on retrouve la même planche de bord, mais on note l’arrivée d’un écran tactile 7 pouces, qui bénéficie d’une connectivité poussée grâce au protocole CarPlay. On dispose également de la fonction Mirrorscreen pour Androïd et iOS. Cette écran donne un coup de pousse à la DS 4 en terme d’ergonomie, avec la disparition d’une multitude de commandes. DS met l’accent sur le luxe à bord, avec la possibilité de disposer de trois types de cuir différents. Les sièges peuvent par exemple se parer d’un cuir semi-aniline pour la confection des sièges type bracelet de montre, ou d'un cuir nappa, qui peut recouvrir l’ensemble de la planche de bord et des contre-portes. Pour notre part, nous disposions de la sellerie mixte cuir/alcantara/tissu. On retrouve par contre l’habitabilité assez moyenne aux places arrière, l’accessibilté moyenne avec ces petites portes ou encore ses vitres qui ne s’ouvrent pas. Le coffre est assez vaste avec ses 385 litres.

 

  


Technique et tarifs :


Nous disposions donc du 2.0BlueHDi qui développe 180ch à 3750tr/mn et 400nm de couple à 2000tr/mn. Le véhicule mesure 4.28m de long pour 1.81m de large, son empattement est de 2.61m, et sa garde au toit de 1.53m. Elle pèse 1420kg à vide et chaussait du 225/40R18. Elle abat le 0 à 100km/h en 8.6s et croise à 205km/h. DS annonce une consommation mixte de 4.3L au 100km (7.3L lors de notre essai) pour des rejets de CO2 de 113g/km. Le coffre cube entre 385 et 1020L.


L’équipement de notre version So Chic comprenait le pare-brise panoramique acoustique, le régulateur de vitesse, l’allumage automatique des feux, le détecteur de pluie, la climatisation bi-zone, les rétroviseurs rabattables électriquement, le système de navigation avec écran couleur 7 pouces tactile, le système bluetooth intégré, le système audio bi-tuner CD MP3 6HP, les jantes alu 18 pouces noires, le bacquet arrière et les coques de rétroviseurs en noir perla, les barres de toit teinte aluminium, les pare-chocs avant bi-ton, les vitres arrière surteintées, la sellerie cuir/alcantara/tissu, le DS LED Vision et les antibrouillards à LED, le pédalier et repose pied en aluminium, et la caméra de recul.


Modèles disponibles :


- BlueHDi 120ch Chic à 35 100€TTC
- BlueHDi 120ch Chic EAT6 à 36 800€TTC
- BlueHDi 180ch So Chic EAT6 à 41 200€TTC

 

  


Impression à l’essai :

 

On ira droit au but. Il est clair que nous n’avons pas grand chose à dire sur l’agrément de conduite quand on dispose de ce 2.0L BlueHDi et de cette boîte EAT6. Le moteur semble disponible à tous les régimes avec un couple très confortable dès les bas régimes, et la boîte sait se montrer réactive au bon moment. Inutile de mettre cette boîte en mode « Sport », le mode normal suffit à rendre cette berline dynamique. Et c’est tant mieux, puisque maintenir le moteur dans les tours a tendance à élever fortement le niveau sonore en phase d’accélération. Heureusement, la sono est de très bonne qualité, et ce bloc diesel se fait totalement oublier à allure stabilisée. Le système « stop and start » reste également assez discret en ville. Malgré sa garde au sol élevée, la DS 4 Crossback dispose d’une tenue de route d’un très bon niveau, et ne prend pratiquement pas de roulis. A la limite, le train avant vous informera de ses limites et la remise des gaz pourrait être scabreuse si vous ne dosez pas convenablement les velléités du moteur. Pas de soucis pour le confort, avec un amortissement qui semble avoir été soigné par rapport au modèle originel. Encore quelques petites vibrations à basse vitesse sur les petits chaos de la route, mais qui ne perturbent pas trop les passagers. Je peste beaucoup plus contre cette position de conduite bien trop en hauteur. Je veux bien qu’on lui donne un look de crossover, mais elle aurait pu garder une position de conduite plus conventionnelle. Le volant n’est pas non plus un cadeau avec un diamètre exagéré et sa forme très étrange. Pour ce qui est de la conduite, cette DS 4 Crossback frisait pourtant le sans-faute.

 

Impression en vidéo   https://www.youtube.com/watch?v=4KVfl86TtbY

 

 

Conclusion :

 

Pas forcément aussi élégante qu’auparavant, cette DS 4 Crossback joue la carte de l’originalité avec sa grosse calandre « Wild Rubis » et son look de crossover improbable. Cette dernière profite également d’une belle remise à jour technologique qui permet une ergonomie enfin intuitive. Les nouveaux blocs moteurs sont des références sur le marché, et la nouvelle boîte EAT6 fait des merveilles en terme d’agrément de conduite. DS compte bien relancer la carrière de sa DS 4 en offrant la possibilité à ses clients de choisir entre la classique mais très performante berline ou cette version surélevée plutôt fun.

 

Les Plus :

 

- Moteur vaillant
- Boîte EAT6 réactive
- Look plutôt original
- Finition correcte
- Mise à jour technologique
- Ergonomie en gros progrès
- Comportement routier sûr
- Capacité de chargement honorable
- Consommation raisonnable

 

Les Moins :

 

- Position de conduite imparfaite
- Diamètre et dessin du volant
- Habitabilité aux places arrière vraiment limitée

 

 

Mai 2016