Accueil>Essais Automobiles>Honda Jazz 1.4i-VTECH 100ch

HONDA JAZZ 1.4i-VTECH 100ch

 


La Géniale petite Familiale


Présentation :


Et oui, pour moi, cette Jazz est avant tout une petite familiale plutôt qu’un minispace citadin. Les ingénieurs d’Honda ont repris la même recette que la version précédente qui a rencontré un succés mémorable hors de nos frontières. La raison de ses ventes confidentielles en France est dû à l’absence de bloc diesel. Honda n’en propose pas non plus sur la seconde génération mais avec un gazoil cher et un prix du sans-plomb qui chute, elle risque de faire réfléchir quelques-uns. Voyons maintenant ses atouts et ses faiblesses.

 

 

Style :


Pas de révolution à l’extérieur. Elle est un peu plus large et un peu plus longue mais reste dans la catégorie des citadines avec son 3.90m. Le style est plutôt dynamique avec sa face avant fuselée et ses bas de caisse discrets mais élégants. Malgré son air de monospace, elle n’est pas désagréable à regarder surtout dans cette version haut de gamme avec jantes alu et feux antibrouillards avant. Sans être aussi original qu’une Kia Soul, elle paraît tout de même plus dynamique qu’une Renault Modus par exemple.

 


Intérieur :


Voilà son point fort, son espace vitale. Ceux qui ont conçu cette citadine se sont apparemment creusés les méninges pour satisfaire les passagers sans sacrifier la capacité de chargement. Le miracle vient de cette banquette arrière et de ce coffre gigantesque. Afin de faire de la place, le bac à essence se trouve à la hauteur des sièges avants. Le coffre dispose donc d’une capacité de chargement de 399 litres grâce à son double fond, un record pour la catégorie. Les passagers arrières disposent d’une banquette creuse en dessous, ce qui permet de profiter d’un grand espace de rangement sous les sièges. Dans ce même espace, lorsqu’on rabat la banquette, celle-ci disparaît entièrement dans la parquet. Résultat, on a droit à une capacité de chargement totale impressionnante lors d’un petit déménagement où quand vous faites vos courses chez IKEA. Conclusion, cette citadine est pour moi, plus une petite familiale. On rajoute à tout ça, une panoplie de petits espaces de rangements et une qualité de fabrication satisfaisante malgré justement, la qualité moyenne des matériaux à bord.

 


Technique et tarif :


Il s’agit donc d’un petit 4 cylindres 1.4L qui développe 100ch à 6000tr/mn et 127nm à 4800tr/mn. La Jazz pèse 975kg et mesure 3.90m de long. Elle chausse du 175/65R15 et dispose d’une boîte manuelle 5 vitesse. Il faut compter sur une consommation de 5.4L en conduite normalisé où plutôt 7.5L sur les routes de l’île. Elle abat le 0 à 100km/h en 11.4s et sa vitesse de pointe est de 182km/h.


Côté équipement, rien ne manque avec le système Radio/CD MP3 6HP avec prise aux USB, les airbags frintaux, latéraux et rideaux, la boîte à gants réfrigérée, l’aide au freinage d’urgence, le répartiteur de freinage électronique, l’ABS, l’ESP, les jantes alliage 15 pouces, la climatisation automatique, l’ordinateur de bord multifonctions, les antibrouillards avants, l’indicateur de changement de rapport optimal, le volant multifonctions et les vitres teintées. Cette version suréquipée est proposée à 18 800€TTC bonus Ecotaxe compris à la Sogecore.

 

  

 

Impression à l’essai :


On le remarque dès les premières minutes en ville. Ce terrain de jeu est un peu trop facile pour cette Honda Jazz. Rayon de braquage optimum, direction légère et précise, insonorisation au top niveau et équipement complet, elle a tout pour plaire en ville. Alors, j’ai décidé de faire de la route afin de déceler ses petits défauts. Direction l’est de l’île par la nationale pour faire travailler un peu son petit moulin pour commencer. Le 4 pattes de 1.4L de cylindrée de manque pas de pêche. Malheureusement , on doit faire avec un étagement de boîte assez long avec un deuxième rapport interminable jusqu’à 95km/h. Honda a tenté de réduire la consommation en jouant avec des rapports très longs. Le moteur paraît donc un peu endormi sous 3000tr/mn et trop linéaire par la suite. Le rupteur réagit brutalement à 6500tr/mn en coupant la puissance d’un coup. Et oui, ce n’est pas une Civic Type R après tout. Je continue ma route en profitant de la très bonne insonorisation. Malin, je profite d’un système électronique intéressant qui me dit si il faut rétrograder ou passer le rapport supérieur (up-down). Tout ça pour encore réduire la consommation. Cette Honda vous apprend à être écologique. On profite d’ailleurs d’une prime de 200€ à l’achat grâce à l’eco-bonus. Pour la mettre encore plus à l’épreuve, je décide de faire un tour dans le cirque de Salazie. Une bonne façon de connaître son potentiel dans une région montagneuse. Pas de soucis, sans être une foudre de guerre, la Honda Jazz permet de garder une bonne vitesse de croisière et on joue du boîtier de vitesse avec plaisir grâce à la souplesse et la précision de cette dernière. Le confort n’est pas véritablement son point fort mais cela a un avantage décisif. Cette citadine tient magnifiquement le parquet. Le roulis est minime et le plaisir de conduite est même présent. Malgré la légère brutalité des trains roulants, je trouve le véhicule parfaitement amorti et ces légers sautillements de la caisse passent inaperçus pour moi. Mon bilan est maintenant établi et je redescends les rampes de Salazie en profitant du paysage pour quelques clichés.

 

 

Conclusion :


J’espère maintenant que vous avez compris pourquoi cette citadine n’en ai pas vraiment une pour moi. Cette Jazz suffirait à une petite famille même lors des sorties dominicales loin de la ville. En surveillant sa consommation, Honda a peut-être fait le bon choix en utilisant uniquement des blocs essences. On lui reprochera uniquement un amortissement assez dur, les premières rapports un peu trop longs et une finition moyenne à bord. Des petits défauts qu’on oublie vite en la conduisant et en profitant de ses innombrables qualités. Qualité, un mot que l’on peut associer à fiabilité quand on parle d’une Honda. Je peux le dire maintenant, il s’agit de mon premier coup de cœur 2009.

 


MARS 2009