Accueil>Essais Automobiles>Seat Leon 1.6TDi 105ch

SEAT LEON 1.6TDi 105ch

 

Rigueur allemande pour la belle latine



Présentation :

La Seat Leon en est à sa troisième génération. C’est l’heure de la maturité. Effectivement, cette dernière mouture paraît plus sérieuse que ses devancières et affiche clairement ses ambitions en profitant de tout le savoir faire du groupe Volkswagen. L’Espagne est en crise, et Seat est la seule marque en difficulté dans le groupe. Cette Leon doit viser juste. Pour cela, elle devra mettre en avant son style latin, tout en améliorant ses qualités dynamiques, sa finition et son agrément de conduite.

 


Style :

Sur le plan du style, la Leon a toujours proposé un style assez fort, limite original, qui la classait d’emblée dans une catégorie à part. On achète une Leon pour se différencier, et oublier le style trop classique, légion dans la catégorie des compactes familiales. La Leon 2 faisait la part belle aux rondeurs, et mettait en avant sa face avant très agressive et son arrière massif. Cette troisième génération paraît plus discrète, mais plus élégante. On remarque immédiatement les nouveaux codes stylistiques de la marque espagnole. Comme sur l’Ibiza, on distingue les nervures de carrosserie très saillantes de profil. Seat a travaillé le regard de la belle, avec un dessin des feux très réussi, surtout avec l’option à leds que nous n'avions pas. La partie arrière est plus classique malgré un bouclier assez proéminent et un hayon qui semble peu pratique, tellement il semble petit.

 


Intérieur :

Effectivement, malgré une capacité de chargement qui progresse, la Leon a le défaut de proposer un seuil de chargement beaucoup trop haut. Bref, pour charger les bagages, il faudra faire appel à de gros bras. Les critiques s’arrêtent là. La Leon III semble changer de catégorie par rapport à l’ancienne génération. Seat a tenu à soigner la présentation et propose une finition en net progrès. On apprécie tout d’abord cette planche de bord légèrement tournée vers le conducteur, l’ergonomie, la bonne lisibilité des informations, l’écran couleur tactile et les commandes au volant intuitives. D’ailleurs, on se croirait dans une volkswagen, la logique étant la même et les commandes communes. Qualité des matériaux et assemblage ne souffrent pas la critique, la Leon faisant partie des bons élèves à présent. L’habitabilité progresse à l’arrière grâce à l’empattement revue à la hausse. Un autre petit défaut tout de même, l’ambiance peu joyeuse à bord, avec des matériaux trop sombres.




Technique et tarifs :

Cette Seat Leon était donc équipée du 1.6TDi qui développe 105ch à 4000tr/mn et 250nm à 1500tr/mn. Elle est équipée d’une boîte manuelle à 5 rapports. L’auto meusre 4.26m de long pour 1.78m, avec une garde au toit de 1.45m. Elle pèse 1286kg à vide. L’auto abat le 0 à 100km/h en 10.7s et roule à 192km/h. La consommation moyenne est annoncée pour 3.8L au 100km (6.5L lors de notre essai) pour des rejets de CO2 de 99g/km (bonus de 200€ avec les jantes en 16 pouces). Le coffre cube 380 litres.

L’équipement comprend l’ESP, l’ABS, les airbags frontaux, latéraux, rideaux et genou, le détecteur de luminosité, le régulateur de vitesse, les antibrouillards avant et arrière, l’écran tactile multifonctions, les commandes au volant, le radar de recul, l’ordinateur de bord couleur, le rétro int électrochrome, le système audio MP3 6HP avec système bluetooth et la climatisation automatique bi-zone.

  

Impression à l’essai :

On a un peu l’impression de déjà la connaître cette Leon. Effectivement, comme ses cousines Audi A3 et Volkswagen Golf VII, elle profite de cette nouvelle plate-forme MQB évolutive. Pas de retard technique donc pour l’espagnole, qui profite des dernières innovations du groupe. N’oublions pas que cette Leon a perdu 90kg sur la balance, ce qui devrait favoriser le comportement routier, et baisser les consommations. Pour distinguer la Leon de ses cousines allemandes, la firme Espagnole a donc travaillé sur les trains roulants. Ils ont été raffermis, afin d’offrir plus de dynamisme. La Leon n’abandonne donc pas son côté latin, malgré des gènes à forte connotation allemande. Le train avant est incisif, et le train arrière est plus mobile, ce qui diffère un peu du comportement neutre de la Golf. Néanmoins, la filtration des suspensions, est évidemment un peu moins bonne. Le confort reste très correcte. Le 1.6Tdi de 105ch a lui aussi évolué. Plus disponible, il se montre volontaire, mais doit composer avec une boîte manuelle à seulement 5 rapports. Sur route nationale, il ne faudra pas hésiter à rétrograder, à cause d’un cinquième rapport extrêmement long.

Impression en vidéo http://youtu.be/_4ggYKqv0Lw

 


Conclusion :

Plus germanique que jamais, la Leon de troisième génération préserve tout de même son petit côté latin, grâce à des réglages de châssis qui lui sont spécifiques. Plus rigoureuse, moins original, mais beaucoup mieux fini que son aïeul, elle profite en prime, d’un équipement plutôt généreux. Tout cela pour quelques milliers d’euros de moins que ses cousines. Un avantage que la Seat Leon compte bien mettre en avant, malgré une image encore à construire.


Les Plus :

- Châssis incisif
- Confort correct
- Equipement généreux
- Ergonomie
- Moteur volontaire
- Habitabilité
- Direction douce et précise
- Consommation très raisonnable
- Capacité du coffre....…..

Les Moins :

- ….mais au seuil de chargement élevé
- Ambiance à bord un peu tristounette
- Boîte manuelle à 5 rapports
- Visibilité ¾ arrière