Accueil>Essais Automobiles>Suzuki Jimny 1.3VVT 85ch

SUZUKI JIMNY 1.3VVT JLX 4X4

 

Retour vers le passé



Présentation :

Le Suzuki Jimny a failli disparaître, il y a un an. Il faut dire que sa carrière a commencé en 1997, seize années qui paraissent bien longues dans le monde automobile actuelle. Finalement, la marque japonaise est revenue très vite sur sa décision, le Jimny profitant toujours d’une très bonne côte sympathie. En 2012, le petit 4x4 profitait donc d’un petit lifting. Ce modèle est maintenant disponible à la Réunion, une île qui semble parfaitement convenir au Jimny, qui offre polyvalence, robustesse et gabarit mini.

 


Style :

Pas de changement notoire sur ce point. Le Jimny profite tout de même d’une nouvelle calandre avant. Rien de transcendant, le Jimny garde sa ligne au design primaire. Un vrai petit tout-terrain pur jus taillé dans la masse. Calandre, bouclier et pare-brise très verticals, et qui n’offrent pas le meilleur aérodynamisme. De profil, l’auto ne fait appel à aucun effet de style moderne. Plutôt carré, le Jimny ne change rien à l’arrière, avec ce hayon très simpliste, et accueillant toujours la roue de secours. Avec son gabarit très compact et son grand empattement, le Jimny réduit ses porte-à-faux au maximum. Cela annonce une chose de primordial, des capacités de franchissement sauvegardées. A noter, la nouvelle prise d’air sur le capot avant.

 


Intérieur :

Oubliez l’univers des SUV, sur ce point, le Jimny commence à paraître totalement débonnaire. C’est peut-être ce qui fait son charme justement. On retrouve un univers 100% japonais, c’est à dire fonctionnel, simpliste et ergonomique, comme dans les années 80. Bref, le Jimny semble débarquer d’un passé révolu. Quelques petites nouveautés pour ce millésime, le Jimny s’équipe de fixation isofix pour siège enfant et de nouveaux appuie-têtes. A noter, les nouveaux motifs de sellerie. Pas de miracle au niveau de l’habitabilité, il accueille 4 personnes uniquement, et son coffre cube entre 113 et 816 litres selon configuration.

 



Fiche technique et tarifs :

La seule motorisation disponible sur le Jimny est donc ce 1.3 VVT essence qui développe 85ch à 6000tr/mn et 110nm à 4100tr/mn. Il dispose d’une boîte manuelle à 5 rapports, d’un essieu rigide à l’avant et à l’arrière, et de 4 roues motrices. L’auto abat le 0 à 100km/h en 12.3s et roule à 140km/h. Le Jimny mesure 3.67m de long pour 1.60m de large, et sa garde au toit est de 1.71m. Il pèse 1060kg, chausse du 205/70R15. La consommation annoncée est de 7.1L au 100km pour des rejets de CO2 de 162g/km.

L’équipement comprend les jantes alu 15 pouces, les antibrouillards, les barres de toit, la climatisation, les radio CD, les vitres av et rétro électriques, l’ABS et les airbags frontaux. Le tarif est de 23 990€TTC hors peinture métallisée, chez Cotrans Automobiles.

 

  

Impression à l’essai :

Décalée, cette voiture l’est totalement. Tout commence par l’ambiance à bord. On est assis très haut, et le siège n’est pas réglable en hauteur, et on doit reculer au maximum quand on dépasse 1.85m. Le volant est fixe, ce qui n’arrange pas les choses. Avec sa boîte au rapport très court, le Jimny ne manque pas de peps. En ville, c’est un vrai régal, cette auto vire dans un mouchoir de poche, et se gare sans difficulté. Pas besoin de radar de recul, son gabarit très compact est un atout non négligeable dans la citée et vous pouvez gravir les trottoirs sans aucuns soucis. Sur routes montagneuses, c’est un peu le même topo. N’attendez pas des performances exceptionnelles, mas l’auto se montre extrêmement maniable et relance bien en sortie d’épingle. Le Jimny est presqu’amusant dans ces conditions. Son terrain de prédilection reste bien sûr le tout-terrain. Aucune faille, ce Jimny est capable de grimper aux arbres. Avec ses essieux rigides, à l’avant et à l’arrière, il égale le meilleur des Jeep. Avec à peine 1000km au compteur, vous vous doutez bien que l’on a pas franchi des limites insurmontables. Néanmoins, on ne se pose aucune question quand il s’agit d’arpenter les chemins de traverse. On sait que ça passe, et que rien ne peut arrêter ce mini Suzuki. On passe en mode 4x4, et en boîte courte de manière simpliste avec les trois boutons magiques (2WD, 4WD et 4WD-Low). Peu importes les difficultés, le Jimny les avale et ne craint aucun franchissement, une vrai petite merveille. Sur route nationale, les choses se gâtent. Parcourir des centaines de kilomètres à son volant n’est pas vraiment raisonnable. On ressent immédiatement les défauts de son architecture de pur 4x4. Son châssis à échelle rend la conduite assez flou, et le contrôle de trajectoire est aux abonnées absents. Le train avant aura tendance à sous-virer, même sur routes départementales, et le freinage est tout juste acceptable pour un véhicule moderne. Bref, on est loin des standards actuels, et le confort n’est pas un de ses points forts. Ca tremble, ca vibre, et on est secoué comme dans un shaker dès que la route se dégrade. De plus, son aérodynamique de camion n’est pas un atout pour la consommation, qui devient excessive dans ces conditions. Peu importe, pour une fois, on est carrément sous le charme d’un véhicule qui se destine à une clientèle d’esthète, celle qui aime l’évasion.

Impression en vidéo  http://youtu.be/9N6MhhBPuaM

 

 


Conclusion :

Pour un journaliste, c’est toujours une aubaine de pouvoir essayer ce genre d’automobile. On est loin des véhicules aseptisés des temps modernes. Le Jimny, c’est un peu un patrimoine de la planète auto. Crapahuteur, compact, sommaire dans sa présentation et original à souhait, on tombe sous son charme dès les premiers kilomètres. On ne compte plus les défauts, mais quel ambiance.

Les Plus :

- Style intemporel
- Ambiance rétro à bord
- Capacité de franchissement hors-norme
- Equipement très correct
- Ergonomie
- Gabarit taillé pour la ville
- Rayon de braquage
- Robustesse avérée
- Coût d’entretien minime….

Les Moins :

- …mais conso élevée
- Confort très moyen
- Position de conduite particulière
- Habitabilité tout juste correcte
- Tenue de route
- Frein manquant de mordant