Accueil>Archives Essais>Toyota Verso 2.0D4D 124ch

TOYOTA VERSO 2.0D4D 124CH


Revue de détails et nouveau style


Présentation :


Le Corolla Verso est sortie depuis 2002, et a connu un succès non négligeable dans la catégorie des monospaces en Europe. 650 000 exemplaires distribués, Toyota a simplifié son patronyme, il s’appelle à présent simplement Verso. Le deuxième constructeur mondial s’est appliqué à ne négliger aucuns détails face à une concurrence féroce. Scénic, Zafira et consorts n’a qu’à bien se tenir, le Verso troisième génération connaît en 2013 un lifting bienvenu et une remise à niveau technique qui devraient lui permettre de relancer sa carrière.

 

 

Style :


Tout est dans le regard. Le Verso adopte bien sûr la nouvelle calandre Toyota et un bouclier avant plus massif. Rien que pour ça, le Verso semble rajeunir de quelques années. Chez Toyota, on appelle ça le « Keen Look », et ça lui va à ravir. Plus agressive, le nouveau dessin des feux, la calandre pointue et le gros pare-choc, lui donnent une nouvelle personnalité. Les retouches à l’arrière sont par contre minimes. On retrouve juste un pseudo diffuseur. De profil, on remarque les nouveaux rétroviseurs plus discrets avec répétiteurs de clignotants.

 


Intérieur :


Il ne s’agit que d’un lifting. A bord, pas de gros changements à part la présence de quelques matériaux un peu plus cossus. La planche de bord est moussée sur sa partie haute, on a droit à quelques petites touches de chrome et à un peu de cuir. Dans la partie basse de la planche de bord, on retrouve malheureusement des plastiques durs, ce qui est encore légion chez la marque japonaise. Dommage. Au niveau de l’ergonomie et de l’habitabilité, le Verso est par contre un très bon élève. Le système « Toyota Touch » à écran tactile est maintenant disponible pratiquement sur toute la gamme et se montre assez intuitif. Le levier de vitesse en hauteur est un plus en terme de confort de conduite. Les passagers sont plutôt gâtés. Espace de rangement, suffisamment de place pour les jambes et une capacité de chargement honorable en configuration 5 places, le Verso est toujours une référence sur ce point malgré ses seulement 4.46m de long. A noter que nous disposions de la version 7 places, avec deux sièges d’appoints qui disparaissent dans le plancher en un rien de temps.

 


Technique et tarif :


Ce Verso dispose d’un 2.0D4D qui développe 124ch à 3600tr/mn et 310nm de couple à 1600tr/mn. L’auto mesure 4.46m de long pour 1.62m de haut, et pèse 1540kg. Elle abat le 0 à 100km/h en 11.3s et roule à 185km/h. Elle est secondé par une boîte mécanique à 6 rapports. Elle chausse du 205/60R16. Sa consommation est annoncée pour 4.9L au 100km (comptez plutôt 7.2L en conduite réelle), pour des rejets de CO2 de 129g/km.
L’équipement comprend les feux diurnes, la climatisation automatique bi-zone, les rétros électriques et dégivrants, les jantes alliage en 16 pouces, le système Toyota Touch à écran tactile, le volant multifonction en cuir, le système bluetooth, l’aide au démarrage en côte, la caméra de recul, les différents airbags, l’ESP, l’ABS etc… Le tarif est de 33 000€TTC à la CMM Automobiles.

 

  

 

Impression à l’essai :


Toyota n’a pas renouvelé son Verso, il a tout simplement parfait. On est très bien installé. J’aurai juste préféré des sièges légèrement plus enveloppants. Pour ce qui est de la conduite, j’apprécie particulièrement le boîtier de vitesse en hauteur qui facilite les changements de rapports et qui est à la hauteur de l’accoudoir central. Le moteur est devenu d’une discrétion impériale. Si à l’extérieur, on subie les cliquetis du diesel, à bord, c’est silence complet, même en accélération. La douceur de fonctionnement du véhicule est surprenante. Les passages de vitesses sont assez rugueux, mais la boîte dispose d’un débattement court, et ça facilite la conduite. Toyota a travaillé également sur le châssis. Le Verso bénéficie de 34 points de soudure supplémentaires, ce qui le rend plus rigide. Le réglage des suspensions est revu. Du coup, le Verso ne prend pratiquement aucun roulis, et malgré la garde au toit élevé, vire à plat sans soucis. Sans être une foudre de guerre, le nouveau 2.0D4D dispose d’une bonne disponibilité dès 1500tr/mn grâce à ses 310nm de couple. L’allonge n’est pas exceptionnel, mais les performances tout à fait correctes pour un monospace. L’agrément de conduite est un de ses points forts. Dommage, la direction me paraît un peu dure en manœuvre en ville par rapport à certaines concurrentes.


Impression en vidéo http://youtu.be/skKehCjpR7A

 


Conclusion :


Difficile de lui trouver des défauts à ce monospace. On achète avant tout un monospace pour son sens pratique et non pas pour le plaisir de conduite. Force est de reconnaître que ce Version millésime 2013 est plutôt agréable sur la route, et silencieux à souhait. On pourra critiquer un choix de motorisations restreints ou une direction un peu dure à basse vitesse. Le Verso reste un produit parfaitement abouti, qui efface la plupart de ses petits défauts pour mieux terminer sa carrière.

 

Les Plus :


- Ergonomie presque parfaite
- Look au goût du jour
- Moteur souple et silencieux
- Comportement routier sain
- Habitabilité et modularité toujours au top
- Equipement de série
- Position de conduite
- Consommation raisonnable
- Finition en progrès
- Confort satisfaisant


Les Moins :


- Direction un peu dure à basse vitesse
- Choix restreints en motorisations et finitions
- Maintien latéral des sièges avant

 

 

Avril 2013